Les excuses du ciel

Le parfum chic de Patricia colore les pièces de ma maison de célibataire, une élégance féminine, comme pour y rester longtemps.
Ses yeux grands yeux noirs m’intimident tellement que je n’ose pas soutenir son regard, je tente de me donner un faux air mal assuré probablement ridicule mais qui m’aide à vaincre mon incontrôlable nervosité latente qui ne me quitte pas depuis notre rencontre.
Aujourd’hui encore je ressens ce mal être angoissant au fond de moi, un héritage sentimental douloureux que m’a laissé Patricia qui ne s’efface jamais, une peur indescriptible, la crainte de me retrouver brusquement seul, loin d’elle.
De tels amours ne se terminent jamais bien, ils sont trop violents pour durer une vie entière.
–   Notre chanson ..!!
Patricia murmure et m’invite à danser, le vinyle de Charlélie Couture résonne pour la énième fois sur un vieux tourne disque orange que m’a prêté Olivier quelques heures plus tôt.
Une invitation mélodique à l’aimer encore et encore.

Lire la suite