Légitime violence

Le juge m’a accordé cette faveur : Pointer chaque jeudi au commissariat plutôt qu’à la gendarmerie, au travers de mes déboires avec les militaires, le magistrat a vite compris que cela ne ferait qu’aggraver la situation vu le rapport de force que j’entretiens avec les « bleus » depuis toujours.
Par un heureux hasard le commissaire en personne me reçoit pour mon premier émargement.
Une rapide signature dans une case soigneusement tracée en haut à droite d’une feuille blanche qu’il me désigne avec son doigt avant de classer le tout dans une chemise en carton ou il inscrit mon nom puis griffonne quelques abréviations administratives incompréhensibles pour moi.
Le policier me conseille de passer à l’hospital présenter mes excuses au chauffeur de taxi, ce que je ne ferai jamais, je me limite à rembourser les dégâts inlassablement, mois après mois.
En quittant son bureau, l’homme m’interpelle, soucieux de connaître mes véritables raisons d’avoir agressé un innocent, je lui rétorque aussitôt :

C’est de la légitime violence !!
Tiens donc, de la légitime violence ? , C’est pas dans le code pénal ce truc là !!
Oui, je sais, mon avocat me l’a déjà dit…

Lire la suite