Un repas pour deux

 

Vous avez fait médecine ?
-Non, pas du tout, je m’intéresse aux sciences, ah… salut Dom, rentre !!

Du fond de la chambre commune ou s’alitent une dizaine de patients, le bucheron interrompt sa conversation avec l’infirmier de garde puis m’adresse un signe chaleureux de la main, heureux de ma présence.

Lire la suite

Les saisons durent vingt ans.

stock-photo-7647360-charlie-brown-style-christmas-tree-a-symbol-of-tough-economic-times

Le bucheron a la mine des mauvais jours, il s’agite nerveusement sur  une chaise en bois qui craque sous son poids puis, d’un violent coup de pied, projette une bouteille d’eau à l’autre bout de la pièce, le plastique se fracasse contre le mur mais résiste au choc.

Même pas cassée !!

Sa femme a refusé de le voir, ses enfants sont en vacances avec leur beau père, les fleurs qu’il comptait leur offrir sont maintenant éparpillées et détruites sur le plancher abimé.

Lire la suite

La gueule de bois

 

Depuis un bon quart d’heure, le bucheron se tient debout, à l’extrémité du comptoir, il gesticule, lève les bras vers le ciel, fait de grands gestes incompréhensibles devant un groupe d’hommes très attentifs au discours du colosse.
Soudain, il demande à la serveuse de monter le son de la radio pour couvrir le vacarme ambiant puis l’entraine malgré elle dans une valse tournoyante.
La femme, non mécontente de s’accorder quelques instants de pose se laisse prendre au jeu, s’essuie les mains sur son tablier puis tend les bras vers son cavalier d’un jour qui la dépasse de deux têtes au moins.
Près de moi, le patron du bistrot observe la scène, me sert un café que je n’ai pas commandé puis me lance, incrédule :

Je ne savais pas que ma femme savait danser !!

Lire la suite